Apprendre à aimer son corps

Et l’award de la meuf la plus  originale pour son article sur l’acceptation de soi revient à ……. tadadam : MOI. Ou pas. Parce qu’en vrai je serais bien hypocrite à vous dire qu’il faut aimer son corps quand moi-même j’ai tant de mal à accepter le mien.

La question que je me pose c’est pourquoi. Sérieux, les filles, pourquoi on se fait du mal comme ça ? Pourquoi on s’impose des trucs, du style « Ah non moi je ne mange pas de pizza avant le weekend, je fais attention, 80/20 (toi-même tu sais) ! » ? Pourquoi on s’en veut autant d’avoir (encore) mangé un croissant ce matin en allant au taf ? Pourquoi on achète tous ces livres sur les régimes sains, sans gluten, sans sel, sans sucre, sans glucide et j’en passe et des meilleures ? Pourquoi on s’inscrit à tous ces comptes Instagram de nanas hyper musclées qui nous font culpabiliser parce qu’on a eu la flemme de faire nos abdos aujourd’hui ? Pourquoi on s’obstine à vouloir rentrer dans un 36 ? POURQUOI ? (okay j’avoue je parle de manière générale pour me donner l’impression que je suis pas la seule dans l’histoire mais tous ces pourquoi sont bels et bien mon quotidien).

Mon corps, mon obsession

J’ai l’impression que mon corps est une obsession. D’ailleurs ce n’est même pas une impression c’est carrément la vérité. Je suis obsédée par mon corps. Une semaine je l’aime, je suis contente, j’ai bien suivi mon programme, j’ai bien mangé, j’ai pas craqué, je regarde mes fesses dans le miroir et je me dis chouette, je suis bien dans mon corps en fait, j’arrive à ne pas y penser blablabla, vive le 38, oyeâh. Alors que je me mens à moi-même, en vrai je tiens 3 semaines et BIM ça revient, finalement je suis trop grasse d’ici, et sous mon cul, ya pas un peu de graisse ? Et sérieux je suis naze j’aurais pas du manger tous ces macarons, et patati et patata.

Alors qu’en vrai le goûter C’EST LA VIE.

Se mettre la pression toute seule

Le pire, c’est que PERSONNE ne me met aucune pression, j’ai un copain formidable qui ne me fait que des compliments, j’ai bien un pote relou et très maladroit qui ose me demander en soirée devant tous les autres si j’ai pas un peu grossi du cul mais à part lui, les gens m’aiment comme ça. Je m’inflige ça à moi-même. Toute seule. L’idiote quoi. Je me flagelle à coup de faut pas manger ça et pas faire ci, et va faire ton sport grosse dondon. Mais pxtain JE FAIS UN 38. C’est bien 38 non ? J’ai fait un 36 une fois dans ma vie (bon okay quand j’avais 13 ans aussi), après ma grosse perte de poids de 2014. Mais j’étais en plein BBG, que je bossais comme une tarée debout des heures et des heures et que je mangeais de la salade non stop. Et ça a duré un été. Alors sérieux je peux pas être contente d’un 38 ? 

Comment j’aimerais me regarder dans le miroir le matin.

Une méthode miracle ?

Je dis pas, des fois ça va, je suis carrément détendue, leChéri réussi à me calmer à coup de gratin à la raclette et pizzas à la mozza. Mais ça ne dure qu’un temps, ce n’est jamais mon état final. Mon obsession fini toujours par me rattraper… Alors que je sais qu’on s’en fout, que c’est la société qui nous impose une image de nanas super fines et blablabla JE LE SAIS. Mais c’est plus fort que moi ! Le truc va au-delà de moi. Vraiment !

Alors franchement, toutes ces nanas qui s’aiment et qui ont gagné la bataille de manière définitive (sisi je sais que ça existe) vous faites comment ? Moi tous les mois j’ai un combat à mener et je n’en peux plus !

On m’a parlé de la méthode Zermati, d’un certain Jean-Philippe (Zermati) comme moyen révolutionnaire d’en finir avec toute sorte de régime et de culpabilité. Du coup j’ai acheté le livre et j’espère que ça va me guérir. Sisi. Carrément. Si ça vous intéresse je vous ferais un topo une fois que ma vie aura changé !

PS : Désolé pour cet article écrit à chaud, comme ça, mais je me suis pesée 5 fois aujourd’hui alors qu’avant-hier encore je croyais être guérie. Je m’auto-fatigue et j’avais besoin de l’écrire quelque part, histoire que ça sorte.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail
This entry was posted in blabla.

2 comments

  1. charlottescissorhand says:

    Zermati c’est la vie 🙂 plus sérieusement la méthode Zermati ne m’a pas ôté mes complexes mais m’a permis de déculpabiliser au quotidien au sujet de mon alimentation. J’espère que ca te parlera !

    • Clem59 says:

      Pour l’instant j’ai lu la partie 1 et je me suis tellement (mais tellement) reconnue dans les comportements qu’il décrit que je suis sûre que la lecture va m’apporter quelque chose !

Laisser un commentaire